EX HETEROS Index du Forum


Un forum lgbt pour les gays, lesbiennes, bis qui sont en couple hétéro ou qui ont divorcé: se rencontrer

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


   Forum (discussions)   Portail  (édito et actualités)   Blog (articles et témoignages) 
Diagnostic

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    EX HETEROS Index du Forum -> Bienvenue sur votre forum ! -> Le monde comme il va -> Monde LGBT
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alison Emma
en route ...

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2014
Messages: 36
Féminin
Age: 0

MessagePosté le: Jeu 23 Jan - 00:03 (2014)    Sujet du message: Diagnostic Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Bonjour à tous et à toutes !

J'ai mis cet article certe pour aider à comprendre ce qu'est le transsexualisme.
J'insiste surtout sur le fait que pour moi changer de sexe n'est pas seulement un grand boulversement. Au-delà de la transition, cela aura également eu pour conséquences une rupture d'avec ma compagne, mais aussi une réorientation sexuelle que je n'avais pas vu venir. Comme pour beaucoup, j'ai fait la même erreur : je deviens femme alors forcément je vais aimer les hommes. Hé bien décidément non ! L'identité sexuelle n'est l'orientation et celle-ci demeure indépendante et sans rapport.
 





Diagnostic



Le transsexualisme n'est pas une perversion sexuelle mais un trouble de l'identité : le comportement du transsexuel ne vise pas à l'obtention d'une satisfaction érotique mais à l'obtention d'un statut personnel et social. Le transsexuel masculin se sent femme et veut être considéré comme telle et vice et versa. Son attitude n'est pas caractérisée par un psychose, cependant il est nécessaire de recourir à un diagnostic compétent excluant toute dérive.
J. Breton insiste sur la qualité du diagnostic et la capacité d'éliminer tous les autres cas de dysphorie du genre quand à la décision de réassignation : «  Le transsexualisme n'est ni un caprice ni une autre façon d'être autrement, mais bien une pathologie « 
Le diagnostic différentiel se révèle indispensable, car cette entité n'est pas :
 
  • du travestissement : certes, la personne transsexuelle se travestit, mais pas pour obtenir une satisfaction érotique, simplement pour avoir un sentiment de bien-être.«  Dans le travestisme, l'homme ne remet pas en question son identité de genre, le fait qu'il soit un mâle et qu'il veut le rester « 
  • De l'intersexualité : qui est le cas d’ambiguïté sexuelle, suite à la malformation des organes sexuels. Le sujet présente des caractères sexuels intermédiaires entre mâle et femelle. Le point commun avec la transsexualité réside néanmoins dans cette discordance possible entre le sexe biologique et psychologique.
  • De l'homosexualité : contrairement au sujet transsexuel, l'homosexuel ne conteste pas la légitimité de son sexe biologique et ne souhaite pas s'en départir. Il s'identifie totalement comme membre de son propre sexe, il ne doute pas de son identité de genre, mais il réalise une inversion du choix de l'objet sexuel.

 
 
 
 
 
Au départ, tout enfant (vers l'âge de deux ans) doit arriver à s'identifier sexuellement et par la suite, tout être humain doit se situer intérieurement dans ce vaste système de croyances, d'attitudes, d'opinions, de sentiments et d'émotions que constitue l'identité de genre, c'est à dire l'acceptation profonde d'être et d'appartenir à l'un ou l'autre des deux sexes.
Celle-ci se base sur ce ressenti et pas uniquement sur des critères physiques. On distingue le sexe se référent à la sexualité et le genre relatif au statut social en fonction du sexe. C'est à travers la conscience de soi et son comportement que le sujet manifeste son identité de genre. On peut considérer qu'est signe de masculinité ou de féminité «  toute qualité ressentie comme masculine ou féminine par son possesseur « . Il faut souligner également que l'identité de genre est essentiellement apprise ( attitudes parentales) mais il existe des forces biologiques qui y participent et qui peuvent entraver ou accroître le développement de genre.
L'identité de genre est donc construite d'un côté, sur un socle biologique et d'un autre, sur le socle de la culture qui détermine le genre.L'identité de genre est aussi un produit social et est également une partie intégrale du soi de chacun. Le terme de genre en français ne convient pas car il est difficile à manier, certains préfèrent parler d'identité sexuelle.
La féminité et/ou la masculinité, est présente de façon variable et plus ou moins importante chez une personne, fluctue au cours de la vie. En général, une femme est plus féminine que masculine et l'homme est plus masculin que féminin. Mais on peut être une femme masculine ou un homme féminin, sans pour autant douter d'être une femme ou un homme. Le féminin et le masculin cohabitent, (avec prédominance de l'un ou de l'autre ), plus ou moins en chacun de nous, nous parlons de bisexualité psychique. Le masculin et le féminin varient au cours des époques et des types de sociétés.
Le genre est une élaboration psychique à partir d'un réel anatomique, quelque chose qui se travaille, par une prise en compte progressive du corps, de ses possibilités et de ses limites.
Ce qui semble toutefois si naturel et si spontané pour l'ensemble des humains, c'est à dire s'identifier sexuellement devient pour plusieurs personnes un lieu de conflits et de souffrances, de luttes et de rejets. Ces personnes souffrent d'un conflit d'identité de genre et lorsque celui-ci se manifeste dans l'ambivalence du rôle sexuel, dans le rejet de son corps ou du désir du corps de l'autre sexe, le diagnostic, très englobant du transsexualisme est donc posé.
Quatre critères diagnostic principaux du trouble de l'identité sexuelle existent :
  1. identification intense et persistante à l'autre sexe
  2. sentiment persistant d'inconfort par rapport à son sexe ou sentiment d'inadéquation par rapport à l'identité de rôle correspondante
  3. l'affection n'est pas concomitante d'une affection responsable d'un phénotype hermaphrodite
  4. l'affection est à d'origine d'une souffrance cliniquement significative ou d'une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d'autres domaines importants.

 
 
L'origine du trouble serait précoce, c'est à dire au moment où se constitue le noyau d'identité de genre, donc essentiellement dans les interactions mère-enfant. L'assignation du sexe à la naissance inaugure le processus de création d'identité de genre : l'enfant est nommé, habillé, manipulé et ce dans un contexte «  normal « , renforcé par son sentiment d'appartenir à un sexe bien défini.
Trop de mère et trop peu de père donne lieu à la féminité chez le garçon. Il y aurait donc une symbiose mère-enfant excessivement étroite et satisfaisante, non perturbée par la présence du père. L'enfant se servira donc de sa mère comme modèle. Il sera incapable de se réattribuer son sexe biologique par absence du conflit «  père «  et du conflit «  mère castratrice « . C'est ce qui donnera naissance à un trouble de l'identité de genre.
 
 
Dans la majorité des cas, après l'opération les transsexuels jouissent de relations sociales plus riches et plus nombreuses. Enfin «  transformés «  selon leur identité, ils se révèlent d'avantage réceptifs et actifs dans différentes activités sociales et bénéficient de contacts familiaux plus satisfaisants. Étant en accord avec eux-mêmes, après la transformation sexuelle, les transsexuels peuvent sortir de leur isolement social, osent entreprendre des activités jusqu'alors largement évitées. Cette amélioration des relations sociales est imputée à l'adéquation entre l'identité de genre et l'anatomie.
 
Le soutien familial et affectif est primordial dans la réussite de la conversion et ce, tout au long de la transition et après celle-ci. La présence d'un tel entourage permet également de renforcer l'image du patient dans sa nouvelle identité.
_________________
Je suis une fille de la vie, j'ai essayée de planer là où la beauté est reine là où la jouissance de l'âme d’elle même n'a ni le début de son attirance ni la fin de ses cieux captivante.
Revenir en haut
Stef
en chemin ...

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2013
Messages: 17
Masculin
Age: 0

MessagePosté le: Sam 10 Mai - 14:42 (2014)    Sujet du message: Diagnostic Répondre en citant

Bonjour la psychiatrisation ..et dire qu'un énorme mouvement international lutte contre ...
transexualisme : terme utilisé par les psychiatres ,/.sans parler du binarisme ect ...bref hum hum ...
merci je suis trans je ne "souffre " d'aucune dysphorie et n'ai pas besoin d'auto déclarés experts pour savoir qui je suis ni ne permet a personne de poser un diagnostic !
..j'ajoute le coup magnifique de la fabuleuse op´´eration ( dont rafolle les médias ) qui d'un coup de baguette magique me transforme d'homme en femme ou l'inverse ...
a savoir que la majorité des personnes trans ne veulent pas de la fameuse opération génitale 
Ne pas oublier que l'homosexualité était aussi une maladie mentale qui s'apellait : disfonction de la fonction hétérosexuelle ..comme quoi ...
_________________
Stef
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cooljulien
en chemin ...

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2014
Messages: 18
Masculin
Age: 54

MessagePosté le: Lun 12 Mai - 13:03 (2014)    Sujet du message: Diagnostic Répondre en citant

Dysfonction de la fonction hétérosexuelle… ça me fait penser à un truc…

Il a pu arriver à certain(e)s d'entre nous, à une période clé de notre existence d'avoir le sentiment de devoir "vérifier" que nous étions homosexuel(le).

Les doutes, les questionnements, les j'y vais j'y vais pas, les "et si je fais une connerie", les deux pas en avant, les trois pas en arrière, la sensation d'irréversibilité, la sensation d'un cap à franchir… vous avez connu ? Moi oui et je connais encore.

Mais avez-vous déjà entendu quelqu'un parler de vérifier son hétérosexualité ? Personnellement jamais et pour une bonne raison c'est que l'hétérosexualité est la norme.

Vous viendrait-il à l'idée de vérifier que vous êtes français (à supposer que vous le soyez) ? En France, être français est la norme. On ne te caractérise par ta nationalité que si elle est différente. On va dire : je te présente Manuel, il est espagnol, mais pas : je te présente Bébert, il est français. Vous me suivez ?

Maintenant, entre amis, on parle d'une tierce personne, on dit : il est au chômage, elle est prof, mais jamais : il ou elle est hétérosexuel(le). Par contre, si cette personne est homo, ça risque de venir à un moment où à un autre dans la conversation. Bien sûr, cet exemple n'est pas valable s'il se déroule entre personnes sensibilisés à la question homosexuelle.

Récemment, j'ai entendu une remarque très intéressante de la part d'une nonne bouddhiste américaine. Elle faisait remarquer que l'on emploi de terme Homme pour désigner l'être humain. Elle en déduisait qu'il n'existe qu'un seul genre, le genre féminin. Les autres, les hommes, sont les vrais humains. Du grain à moudre, vous ne trouvez pas ?

Pour ce qui du transsexualisme, je trouve que les choses avancent bien. Il y a encore du boulot mais globalement ça avance. La galaxie transidentitaire regroupe une grande variété de genres avec tous les niveaux d'identification à l'autre sexe biologique et c'est très bien. Chacun est libre (ou devrait l'être) de choisir son genre ou plutôt de le vivre car, croyez-moi, on ne choisit pas...

Les consciences font leur chemin et progressivement on s'achemine vers une déconnexion du genre et de l'identité sexuelle. Un jour, ce sera évident pour tout le monde : mon genre n'a absolument rien à voir avec mes organes génitaux. Bon, ok, ça entraîne des résistances et des réactions violentes mais c'est inévitables. Le changement fait peur et il faut comprendre les personnes qui s'accrochent au passé et qui refusent l'évolution. Les énergumènes dans notre "genre" les privent de leur repères et leurs craintes sont compréhensibles.

Alors plutôt que de les traiter de fachos, il faut expliquer toujours et encore, montrer que la famille humaine est plus diverse qu'on ne le pensait et surtout qu'elle n'arrête jamais d'évoluer.

L'évolution ? Rien de plus naturel !
_________________
Les femmes ont droit au pantalon ET à la jupe. Ce monde est décidément trop injuste…
Revenir en haut
Stef
en chemin ...

Hors ligne

Inscrit le: 24 Sep 2013
Messages: 17
Masculin
Age: 0

MessagePosté le: Lun 12 Mai - 19:43 (2014)    Sujet du message: Diagnostic Répondre en citant

merci CoolJulien ..
juste le terme  transexualisme est un terme créé par les psychiatres ..le terme trans est le plus utilisé par les nombreuses communautés  trans , terme choisi par nous mêmes 
Okay
_________________
Stef
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:13 (2017)    Sujet du message: Diagnostic

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    EX HETEROS Index du Forum -> Bienvenue sur votre forum ! -> Le monde comme il va -> Monde LGBT Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com